Kanonkop « Paul Sauer » AOC Stellenbosch – 2005 (South of Africa)

Kanonkop Paul Sauer

Kanonkop « Paul Sauer »  

AOC Stellenbosch – 2005 (rouge)

Cépages : 70% cabernet sauvignon, 15% cabernet franc, 15% merlot sur un terroir granitique décomposé en graviers en profondeur.

Allure du flacon, sticker : sobre, style bordelais, effigie d’un canon d’antan comme porte-drapeau emblématique d’une cuvée à l’honneur de l’homme politique ministre des terres et forêts, vigneron renommé des années 60 : Paul Sauer.

Arômes : un fuselage bouqueté d’une élégance rare gravitant autour de la myrtille, de la mûre, du bois de cèdre, du menthol, du poivre noir et de fines notes extravagantes d’hydrocarbures surprenantes de vivacité contrôlée.

Saveurs : une fluidité absolue aux papilles, l’homogénéité des tanins souligne une magnifique suspension des saveurs en bouche révélant une sensation gustative fraîche, fustigeante de plaisir alliant le fruit, la fleur et cette minéralité rare à obtenir. Un vin somptueusement dessiné alliant le terroir et le travail du vigneron inspiré par l’image des grands médocs bordelais.

L’accord musical choisi du même millésime vient souligner la beauté du vin en correspondant  avec les trois paramètres invariables communs définis dans les deux univers suivant le concept Wine4Melomanes : la sensualité, la vivacité et la mélodie. Ces paramètres résultent de l’équation bio dynamique de la géologie du terroir, des cépages s’y cultivant et du savoir-faire du vigneron pour révéler l’alchimie des arômes et des saveurs justement combinés. 

Ma proposition musicale choisie :

Moodymann – How Sweed it is – 2005

 

La composition aux nappes synthétiques fuselées, couronnées de notes pianistiques en élévation sonore, glisse l’ensemble sophistiqué vers un monde hédoniste musical captivant où la voix black « zénith » notre avidité : cette orchestration futuriste se calque avec la sensualité finement masculine du vin, où la délicatesse aromatique jongle sur la surprise moderne décrite en notes de sommellerie ci-dessus.

La fraîcheur gustative du vin s’élance à l’image de la progression musicale, où les éléments orchestrés dessinent tour à tour, la jouvence auditive attendue de l’hémisphère sud.

Dégusté en Avril 2017 

Article lu 839 fois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>